L’île aux Moais

Nous avons décollé de Santiago pour l’île de Pâques vers 9h30 du matin et c’est après 4h30 de vol que nous avons marché pour la première fois sur le sol polynésien, car oui, malgré le fait que nous soyons toujours au Chili, l’île de Pâques se situe sur le territoire polynésien, délimité par le triangle Hawaï, Île de Pâques et Nouvelle Zélande.

Sur place on sent bien que l’on n’est plus vraiment au Chili, d’ailleurs Benjamin, le propriétaire du camping/hostel parle aussi français  (Tahiti étant une des terres les plus proches de l’île de Pâques).

La musique latino (salsa, bachata, etc…) a laissé la place au son des îles.

Après avoir déposé nos sacs, nous sommes allés faire des petites courses et nous avons pu confirmé que sur l’île tout est cher, plus du double, voir du triple, que sur le continent. Heureusement que nous avions anticipé cela et avions acheté le maximum de choses à Santiago, avant de venir ici.

Les courses faites, nous avons pu commencé à visiter (nous sommes venus pour ça, non?).

A peine arrivés au niveau du petit port de la ville, nous avons croisé notre premier Moai 🙂 Et oui, si des milliers de personnes font ce long voyage chaque semaine jusqu’ici, c’est beaucoup pour ces mystérieux Moai.

dsc_0793

Durant cette balade, nous avons pu en croiser d’autres tout aussi impressionnants les uns que les autres.

dsc_0798

dsc_0799

dsc_0800

dsc_0805

dsc_0809

dsc_0811

dsc_0813

dsc_0814

dsc_0816

Le lendemain, nous avions au programme la randonnée menant au cratère Rano Kau et au village Orongo.

Sur le chemin, nous avons eu l’occasion de revoir Clément (connu à Puerto Madryn et recroisé à Valparaiso).

Il nous a fallu effectuer une belle montée avant d’arriver enfin au cratère.

dsc_0827

dsc_0829

dsc_0831

dsc_0839

Orongo était un ancien village Rapanui au bord du cratère, dédié aux céremonies. Nous avons donc pu voir les vestiges de ce village.

dsc_0842

dsc_0843

dsc_0845

Il y avait une très vieille tradition  (aujourd’hui perdue) qui était que chaque clan désignait son champion pour une épreuve bien particulière.

dsc_0840

Cette épreuve consistait à descendre de la falaise, de nager jusqu’à l’îlot et d’y récupérer en premier un oeuf d’un certain oiseau (dont j’ai oublié le nom) et de le ramener au village. Les participants pouvaient attendre plusieurs jours avant qu’un des oiseaux vienne pondre.

Après avoir fini la visite des vestiges, nous sommes rentrés tranquillement à l’auberge.

dsc_0847

dsc_0848

Le lendemain, nous avons eu une belle journée, nous en avons profité pour effectuer une randonnée à la journée.

Nous avons débuté en longeant la côte, nous avons revu les Moais du premier jour,

dsc_0849

dsc_0852

dsc_0853

dsc_0857

dsc_0866

dsc_0870

puis le paysage est devenu de plus en plus sauvage, laissant place aux belles falaises et aux eaux turquoises.

dsc_0872

dsc_0874

dsc_0876

dsc_0883

dsc_0888

dsc_0892

dsc_0893

dsc_0895

dsc_0896

dsc_0898

Puis nous sommes repassés par les terres jusqu’à atteindre le site Ahu Akivi où se trouvent sept Moais.

dsc_0904

dsc_0911

dsc_0916

De retour de la randonnée, nous sommes allés nous baigner, ça aura été pour nous l’occasion de faire connaissance avec une très sympathique tortue 🙂

img_20161117_161500

Puis nous sommes allés dire bonjour à notre pote le Moai.

dsc_0932

20161117_010329

Le soir, nous sommes allés admirer le coucher de soleil à Ahu Tahai, qui fût des plus jolis.

dsc_0942

dsc_0940

dsc_0946

dsc05788

dsc05790

dsc05793

dsc05797

dsc05808

dsc05818

dsc05822

Le lendemain, c’est le lever du soleil que nous avons voulu admirer, pour ce faire nous avons loué un scooter la veille et sommes partis à 6h du matin pour arriver sur le site des quinze Moais, Tongariki, et là, croyez moi, nous n’avons pas été déçus du déplacement 🙂

dsc_0955

dsc_0964

dsc_0968

dsc_0975

dsc_0981

dsc_0991

dsc_0993

dsc_0997

Un spectacle somptueux s’est déroulé devant nous.

Nous avons vraiment pris notre temps sur ce site, même après le lever du soleil, car c’était tellement paisible.

Après cela, nous avons pris la route vers un autre site, la carrière de Moais: Rano Raraku. C’est ici, qu’autrefois les Moais étaient taillés à même la colline, ce site en compte plusieurs dizaines, dont certains pas encore finis.

Nous avons commencé la balade par le cratère qui s’est avéré être un lieu enchanteur, avec ses couleurs, sa lagune et ses chevaux.

dsc_1002

dsc_0001

Puis nous sommes rentrés dans le vif du sujet avec la carrière en elle même. En terme de nombre de Moai, c’est le meilleur site. Un ambiance assez mystique y régnait.

dsc_0008

dsc_0009

dsc_0012

dsc_0013

dsc_0017

dsc_0025

dsc_0029

dsc_0032

dsc_0037

dsc_0040

dsc_0041

dsc_0048

dsc_0053

dsc05859

dsc05860

Après avoir fait le tour des Moais, nous sommes retournés au cratère pour nous allonger sur l’herbe afin de profiter au maximum de l’ambiance des lieux.

dsc_0062

dsc_0064

Puis, nous avons repris la route vers le troisième et dernier site de la journée, la plage d’Anakena. Sur le chemin, nous avons fait un stop au niveau d’une plage de cailloux qui nous a attirés grâce à son dégradé de bleu.

dsc_0067

dsc_0071

Arrivés à Anakena, nous avons encore la bonne surprise de découvrir un autre site incroyable, nous ne soupçonnions pas l’existence d’une telle plage sur cette île. Nous sommes d’abord accueillis par un groupe de Moai

dsc_0075

dsc_0077

dsc_0082

dsc_0084

Puis nous finissons nez à nez avec une sublime plage telle que le Pacifique sait nous offrir.

dsc_0088

dsc_0091

dsc_0092

dsc_0093

C’est donc ici que nous avons décidé de pique-niquer et de se poser quelques heures.

dsc05862

Après avoir bien profité, nous avons quitté les lieux, en disant au revoir au Moais.

dsc_0097

dsc_0099

dsc05864

dsc_0103

Sur la route du retour, nous avons découvert des goyaves, nous en avons pris quelques unes car Valentina avait en tête d’en faire une confiture maison pour étoffer nos petits déjeuners 🙂 

img_20161118_170000

Le lendemain, fût une journée grisaille et pluie. Nous en avons profité pour aller visiter le musée. Nous avons pu en connaître un peu plus sur l’histoire des Rapanui, peuple d’origine qui vivait sur l’île. Malheureusement leur histoire ressemble à beaucoup d’autres…

Colonisation, expropriation, esclavage, déportation, rébellion…

Nous en avons aussi beaucoup appris sur la Polynésie.

Après ce moment culture, nous avons dégusté une grosse empanada pour le goûter.

20161118_205335

Le soir, Benjamin le proprio a organisé un dîner, il a fait un ceviche et a proposé aux clients de venir le déguster, en contre partie nous n’avions qu’à faire une salade ou à apporter des boissons.  Nous avons choisi la première option, en faisant une salade de choux et concombres.

20161118_214606

20161118_214610

Nous nous sommes vraiment régalés.

Ce fût notre dernier jour sur l’île de Pâques car le lendemain nous avions notre vol pour Auckland.

C’est ainsi que nous avons achevé notre périple chilien, mais aussi sud-américain.

Nous avons beaucoup aimé le Chili, c’est un pays très varié, entre le désert d’Atacama, la Patagonie en passant par la région des lacs et les grandes villes (Valparaiso et Santiago), nous avons pu vraiment diversifier nos plaisirs.

Prochaine étape : Nouvelle Zélande !

10 réflexions sur « L’île aux Moais »

  1. Un des tops de votre voyage je suis impressionnée je ne pensais pas qu’il y avait autant à faire sur l’île !!!! Et je ne savais pas que c’était aussi loin du Chili !

    Questions :
    Pourquoi l’île de « Pâques » ?
    Pourquoi ces Moais ?

    1. Île de Pâques, tout simplement car elle a été découverte le jour de Pâques.

      Les Moais, restent un mystère car beaucoup de théories (culte aux dieux, preuve de puissance, etc.. mais aucune confirmée car aucun écrit et la connaissance a été perdue avec le temps.

  2. Un mec un jour à Pâques s’est dit « tiens, je vais faire quoi aujourd’hui? Bah allons trouver une île! »

    Voilà ça c’est le commentaire qui sert à rien 😉

  3. C’est très beau! ça donne envie d’y aller.
    Je suis étonné de voir qu’il y a des arbres sur l’île je ne sais pas pourquoi je m’étais mis en tête qu’il n’y en avait plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *